presse-bouton

presse-bouton

28- Au fait, pourquoi l'Accordéon?

Ma crise d'hypoglycémie musicale (voir article 26) aura tout compte fait été salutaire dans le sens ou elle m'aura permis de sortir la tête du guidon et de revenir aux fondamentaux.

Durant un court mais pénible moment je m'étais en effet mis à douter de mon choix pour l'accordéon et de la méthode choisie pour en apprendre le maniement.

 

Or, je n'ai pas choisi cet instrument par hasard, car comme on va en juger, mes critères de sélection étaient très clairs dès le début.

 

- Je voulais pouvoir transporter facilement mon instrument avec moi. Cela écartait d'office les Grandes orgues, l'harmonium, le piano à queue, le piano sans queue, la contrebasse, la harpe classique.

 

- Je souhaitais que mon instrument ne dépende pas d'une source d'énergie extérieure comme la Guitare électrique, l'orgue bontempi, le tourne disque et la chainifi.

 

- Je désirais pouvoir chanter ou simplement bavarder avec mon voisin tout en jouant ce qui me coupait en bloc de tous les instruments dans lesquels on souffle ou qu'on se met dans la bouche: les cuivres, les bois, la guimbarde, le sifflet à roulette, le pop corn, la cornemuse et le biniou.

 

- Mon but étant à terme de divertir mes futurs auditeurs, j'estimais que, pour ne pas les gaver rapidement, mon futur instrument devrait produire plus d'une ou deux notes à la fois ce qui éliminait les instruments à cordes a commencer par le très respectable violon. Pour s'en convaincre, il n'est que d'écouter les sonates et partitas pour violon seul de Bach.

 

- Pour les mêmes raisons, mais en pire, j'écartais tout ce qui est percussions: il suffit d'aller en été sur n'importe quelle plage ou bord de rivière pour se mettre à haïr durablement le Djembé.

Pour la batterie c'est kif kif, la limite Bruit/Musique est subtile mais on s'en approche d'assez près en attribuant 90% au bruit.

 

Ces exigences additionnées ne me laissaient guère le choix et sur ce champ de ruines au milieu des cadavres ne restaient en magasin que la guitare et l'accordéon. Choix cornélien?

 

On connait tous autour de nous des tas de gens qui possèdent une, voire plusieurs guitares chez eux. Mais hélas ou heureusement, dans ces tas, on en connait peu qui en jouent vraiment. Il est en effet courant qu'avec cet instrument faussement accessible, après des débuts enthousiastes  les limites musicales soient rapidement atteintes et les rêves de célébrités sagement abandonnés. Mais l'illusion est tenace et, même s'ils ne grattouillent plus depuis longtemps  leur joujou à 6 cordes on remarque que ces déçus nostalgiques (je m'y remettrai un jour!) laissent souvent leur gratte bien en vue mais pour un réemploi uniquement décoratif.

Ce qui fait probablement de la Guitare l'instrument de musique le plus vendu et proportionellement le moins joué.

Mais tout ça n'est que perfidie puisque de toute façon je n'ai aucune attirance pour la guitare.

 

L'impitoyable sélection venait de livrer son verdict: l'accordéon était l'instrument qu'il me fallait. 

 

Cela ne m'étonna pas le moins du monde puisque, indépendament de toutes les mauvaises raisons trouvées pour ne pas jouer d'un autre instrument, c'est l'accordéon et rien d'autre que je désirais apprendre depuis très longtemps.

 

PS: Merci Edith et Anne pour vos courriers très sympas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



22/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres